samedi 20 décembre 2014

Marie Adrien Lavieille, dans quelques ouvrages récents

Récemment, Marie Adrien Lavieille a été étudiée dans quelques ouvrages :
  • Dictionnaire de l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (1882-1965), par Pierre Sanchez. L’Échelle de Jacob, 2010 (sous réserve que la citation faite pour l’année 1882 ne concerne pas une œuvre de Marie Adrien Lavieille) ;
  • Women readers in french painting 1870-1890, par Kathryn Brown. Ashgate, 2012, p. 91-93 (+ reproduction de Sortie de classe) ; 
  • Allgemeines Künstler-Lexicon, band 83 (Lalix-Leibowitz), article consacré à Marie Adrien Lavieille, signé C. Kolokytha, De Gruyter, 2014.

mardi 30 mars 2010

Un poète, Bernard Marcotte, devant l'autoportrait de Marie Petit (Marie Adrien Lavieille)



Cet autoportrait si étonnant, que Marie Petit a fait en 1870, alors qu'elle n'avait que 18 ans, ne pouvait pas laisser indifférent Bernard Marcotte... Poète né en 1887 dans les Ardennes, Bernard Marcotte évrivit en mai 1914 quelques vers [1] après avoir contemplé le tableau à Vendôme, où il était venu voir Paul Tuffrau, avec qui il était lié depuis leur rencontre en 1905 sur les bancs du lycée Louis-le-Grand, et sa femme Andrée Lavieille, fille de Marie Adrien Lavieille :

Je vous salue, ô dame infiniment lointaine,
A jamais inconnue en ce tableau profond
Où tous les soirs l'éclat de vos beautés sereines,
Mystérieusement s'atténue et se fond.

O doux reflet sans âme ! O fragile asphodèle
Qui fleurissez là-bas aux champs ombreux des morts !
De tant de jours si doux où vous fûtes si belle,
Rien que ce doux portrait qui vous survive encor.

Madame, en vérité, c'est un bien grand outrage,
C'est un si long, si triste et douloureux départ.
Rien qu'un reflet doré sur un pâle visage,
Et ce rouge sourire avec ce clair regard.


[1] Ces trois strophes font partie de Symphonie domestique, poème dédicacé à Andrée Lavieille. [ Ce poème a été publié dans le n° 10 de la revue L'Oeil bleu, paru en février 1910, et dans Poèmes de Bernard Marcotte, ouvrage paru en 2013 chez Publibook.]

vendredi 27 février 2009


Un livre consacré à Marie Adrien Lavieille, et à l'époque où elle a vécu, telle qu'on peut la voir à travers son oeuvre, est paru fin mars 2009, aux Editions Atlantica :

Marie Adrien Lavieille (1852-1911). Une époque vue par une femme peintre
par Henri Cambon et Françoise Cambon

Livre largement illustré par des oeuvres de Marie Adrien Lavieille, peintures et dessins.
Après Dans le sillage des impressionnsistes, Andrée Lavieille (1887-1960) (paru en 2006), et Adrien Lavieille (1848-1920), peintre de la campagne (paru en 2007), ce livre représente le 3ème volet d'une "trilogie" concernant certains peintres d'une famille de peintres si étonnante.

Présentation du livre sur le site des Editions Atlantica :
Du Second Empire à l'avant Première Guerre mondiale : une période très particulière pour la France, qui a connu alors des bouleversements politiques, la guerre de 1870, et les transformations d'une société se modernisant peu à peu, au rythme des découvertes technologiques... Marie Adrien Lavieille, artiste de grand talent née en 1852, peintre intimiste, mais ayant un don d'observation remarquable, nous fait voir nombre des aspects de cette époque, à travers ses portraits, ses intérieurs, ses vues de paysage dans une France encore très largement rurale, et ses scènes, où l'on tretrouve les activités de la vie quotidienne, notamment à la campagne, ou bien la vie bourgeoise et familiale, l'enfance, ou encore le milieu des peintres, sans compter des dessins faits lors du siège de Paris et de la Commune.

dimanche 15 octobre 2006

Marie Adrien Lavieille (1852-1911)



Marie Adrien Lavieille est le nom d’artiste que Marie Petit a pris après son mariage en 1878 avec le peintre Adrien Lavieille, nom sous lequel elle signera désormais ses tableaux et exposera lors des différents Salons. Elle était née à Paris, le 22 novembre 1852, fille de Françoise Adolphine Bouté et de Jean-Jacques Petit, qui dirigeait une entreprise de décoration. Ses parents avaient une certaine fortune, et étaient en relation avec le milieu artistique, notamment avec le peintre Puvis de Chavannes. Marie hérita de sa mère une distinction naturelle, et, jeune fille, elle était appelée dans le quartier de Montmartre où sa famille habitait, la "duchesse d'à côté".

Elle est extrêmement touchée par le décès de sa mère en 1860, survenu alors qu'elle était encore une enfant (elle n'avait que 8 ans…). Elle sera désormais élevée par une gouvernante, Marguerite, qui lui sera très dévouée, et pour qui elle aura beaucoup d'affection, mais qui ne pourra remplacer sa mère. Son père l'aidera dans son éducation artistique, mais il ne s'occupera pas toujours beaucoup d'elle - et plus tard il se mariera de nouveau.
Cette enfance difficile marquera Marie Petit, qui a une très grande sensibilité, et chez qui se développe une tendance à la tristesse. Ainsi écrira-t-elle le 18 janvier 1876 à son futur mari, Adrien Lavieille : Je suis une nature malheureuse. Même au sein du plus pur bonheur, j’ai peur de trouver encore moyen de me créer des souffrances.

Marie se tourne vers l'art. Elle est très musicienne, joue au piano très régulièrement, et plus tard elle aimera à représenter dans ses tableaux cet instrument, ou des personnes en train d'y jouer, sa fille en particulier… Mais c'est la peinture qui l'attire réellement, dans laquelle elle peut exprimer ses qualités, sa sensibilité extrême. Et la peinture sera tout pour elle : Pour rien au monde je ne renoncerais à ma peinture : c'est ma vie, mon bonheur, l'espoir de tous les rêves de mon enfance et de ma jeunesse. Depuis que j'ai eu l'âge de connaissance, je ne me souviens pas d'une minute où je n'ai souhaité d'être artiste !, écrit-elle à Adrien Lavieille, le 3 octobre 1876. Son autoportrait, peint à 18 ans, montre un très beau visage, sérieux, et est digne d'un grand maître : il sera d'ailleurs présenté au Salon de 1876 (Portrait de M. P.). Car elle a beaucoup de talent, en particulier pour les portraits, et pour les natures mortes. Mais elle a aussi un sens particulier de l'observation, et les croquis qu'elle fait dans un carnet lors du siège de Paris par les allemands, et de la Commune en témoignent.

Elle retrouvera cette sensibilité artistique chez Adrien Lavieille, qu’elle a rencontré vers 1872 chez des amis de son père, et qu’elle épousera le 10 avril 1878. Adrien Lavieille est né en 1848, fils aîné d’Eugène Lavieille, qui était un peintre reconnu de l’École de Barbizon et qui fut élève et ami de Corot. Comme son père, Adrien se tournera vers la peinture de paysage. Cependant, pour des raisons financières, il devra toute sa vie exercer le métier de décorateur et restaurateur, et regrettera toujours de ne pas avoir pu consacrer sa vie à la peinture…

Adrien admirera beaucoup ce que fait Marie, et il l'encouragera, comme dans cette lettre écrite le 7 mai 1876, avant leur mariage : J'ai été très heureux le jour du vernissage au Salon quand j'ai aperçu votre tableau [il s'agit de son autoportrait]. J'ai été réellement enchanté de sa tenue. Pour moi, c'est un des meilleurs portraits de l'exposition. Quelques amis m'en ont parlé et ont confirmé ainsi mon appréciation… Vous ne pouvez manquer de prendre une place sérieuse un jour parmi les peintres… Mon impression quand j'ai vu votre œuvre a été très forte. Ça m'a fait autant de plaisir que si j'en avais été l'auteur. Le père d’Adrien, Eugène Lavieille a une grande estime pour elle et pour son talent, la soutenant lors de présentations aux Salons, comme en témoignent des lettres qu'il lui écrit.

De même que son mari, Marie ne pourra pas exercer son art de façon exclusive comme elle l’avait rêvé. Elle doit travailler comme professeur de dessin à la Ville de Paris, et donner des leçons particulières. De plus, elle est très prise par la vie de famille, et ce d’autant plus qu’Adrien est souvent absent en province du fait de travaux de restaurations et de décorations. Toutefois, elle continue à peindre, à dessiner, et en réalité exposera à plusieurs reprises lors des Salons. Elle réalise des portraits (peintures à l’huile ou dessins) de son entourage familial - son père, Marguerite, qui l’a élevée, Adrien, leurs deux enfants, Pierre, né en 1879 mais mort très précocement, en 1885, à l’âge de 6 ans seulement, Andrée, née en 1887, qui plus tard deviendra aussi artiste peintre, Joseph, son beau-frère -, d’amis, même parfois des croquis dans le train… ; des natures mortes, bouquets de fleurs en particulier, mais également des scènes d’intérieur, ou d’extérieur, notamment en Normandie et en Bretagne… Cependant, son inspiration ne sera plus tout à fait la même après la mort du petit Pierre, qui l'atteint profondément et dont elle ne se remettra jamais vraiment…

Deux thèmes particuliers existent chez elle : l’enfance, les intérieurs. L’enfance, dans ses portraits d’enfants, en particulier du petit Pierre et d’Andrée, et bien sûr le tableau Maternité, exposé au Salon de 1891. Elle est mère, et probablement d’autant plus qu’elle a eu une enfance difficile, et qu’elle et Adrien ont perdu leur petit Pierre alors qu’il n’avait que 6 ans… Les intérieurs - qu’elle peint dans 22, rue des Fossés Saint Jacques : coin du salon, Romance sans paroles, L’anniversaire, -, peut-être y recherche-t-elle une vie de foyer, une intimité familiale, qu’elle n’a pas beaucoup connues dans son enfance, du fait du décès de sa mère alors qu’elle était bien jeune, et que par la suite son père ne s’est pas toujours beaucoup occupé d’elle, – et qu’elle ne connaîtra pas tout le temps une fois mariée, en raison des fréquentes absences d’Adrien. Il s’agit aussi d’une des tendances de son époque, comme on peut le constater dans les catalogues des Salons, mais de plus d’un écho d’une certaine bourgeoisie dont elle est issue.

Elle aura eu une vie difficile : son enfance [elle écrit le 20 août 1875 à Adrien : Ne vous effrayez pas, ami, de cette soudaine tristesse. J'ai souvent été ainsi. Est-ce le souvenir des mauvais jours, de la tendresse qui m'a manquée, de bien des chagrins seuls souvenirs de ma jeunesse solitaire et qui ont assombri mon caractère ? Je ne sais mais il m'est souvent arrivé de pleurer ainsi longuement sans une véritable cause.], une longue attente avant son mariage du fait d’un manque d’argent, la mort du petit Pierre, les préoccupations financières, les absences répétées et prolongées d’Adrien, amené à partir en province pour ses travaux [dans une lettre à Adrien, en 1890 : Je voudrais pouvoir te donner du courage mais j'en manque moi-même en pensant aux longs mois de séparation qui nous restent encore à passer. Je ne peux même plus les compter !], et le fait qu’elle n’ait pas pu peindre comme elle le voulait... Tout ceci contribue à exacerber sa sensibilité, et accroît son manque de confiance en elle…


Peintre intimiste, Marie Adrien Lavieille l'a été. Mais, comment la définir sur le plan des mouvements de l'art ? Dans l'"École Française du XIXe siècle" ? Appellation bien floue, dans laquelle peuvent être "regroupés" des artistes comme elle, qui sont en marge des mouvements qui leur sont contemporains tels l'École de Barbizon dont son beau-père, Eugène Lavieille, a fait partie, ou celui des Impressionnistes - des artistes qui n'ont pas cherché une innovation picturale, et qui en fait ont continué un certain "classicisme" français, s’exprimant en particulier dans trois domaines : l’art du portrait, celui des natures mortes, et les scènes composées…, où ils ont pu exprimer tout leur talent, leur sens de la composition, du dessin, de la couleur, leur sensibilité…

Marie Adrien Lavieille décède le 13 mars 1911. Elle n'avait alors que 59 ans...

______________________

Peintures et dessin présentés :

- Autoportrait (fait à 18 ans), huile sur toile (52 x 44,3 cm)
- Le petit Pierre, huile sur toile (44 x 36,5 cm)
- Pivoines, huile sur toile (54,4 x 44,4 cm)
- Le petit Pierre en train de dormir, croquis (31,5 x 24,5 cm)

Photographie de Marie Adrien Lavieille, en 1908

______________________

Liste des expositions :

1876 Salon : Portrait de M. P …
1877 Salon : Écolier florentin.
1878 Salon : Portrait de Mlle ***.
1879 Salon : Portrait de M. A. L... ; Fleurs et fruits d'automne.
1880 Salon : Portrait de M. E. C…; Portrait de Mme E. C …; Portrait, fusain (2)
1881 Salon des Artistes Français : Nature morte
1882 Salon des Artistes Français : Portrait de M. P …
1883 Salon des Artistes Français : Portrait de M. P. Deshayes ; rôle de Lagardère dans le Bossu.
1884 Salon des Artistes Français : L'anniversaire ; Portrait de Mlle Emilie T.
1885 Salon des Artistes Français : Cours de dessin dans une école communale de jeunes filles, à Paris.

1886 Salon de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) : Moissonneuse ; Le vieux puits, souvenir de Normandie.
1886 Salon des Artistes Français : La mère Tanisse ; Sortie de classe (reproduction p. 197 du catalogue).

1888 Salon des Artistes Français : L’aïeule et l’enfant.
1888 Salon de l'UFPS : Une maison hospitalière (Souvenir de Normandie). (aquarelle)

1889 Salon des Artistes Français : Un importun.
1889 Salon de l'UFPS : La mère Tanisse ; L'aïeule et l'enfant (Contemplations de Victor Hugo) ; Fleurs et fruits d'automne ; Fleurs (aquarelle) ; Portrait du petit Robert (aquarelle).
1890 Salon des Artistes Français : Prière pour l'absent.
1890 Salon de l'UFPS : La charité.
1891 Salon des Artistes Français : Maternité. (reproduction p. 291 du catalogue)
1891 Salon de l'UFPS : Prière pour l'absent.
1893 Salon des Artistes Français : Romance sans paroles. (reproduction p. 31 du catalogue)
1894 Salon des Artistes Français : Jour de fête. (reproduction p. 21 du catalogue)
1894 Salon de l'UFPS : Romance sans paroles (pastel).
1896 Salon de l'UFPS : En villégiature ; Un coin de mon jardin.
1897 Salon de l'UFPS : Prière à la Vierge.
1898 Salon de l'UFPS : La mère Jaquette.
1901 Salon de l'UFPS : Un vieux carrier aveugle (Ille-et-Vilaine).
1902 Salon de l'UFPS : La mère Thérèse.
1903 Salon de l'UFPS : Portrait de Mlle A.
1904 Salon de l'UFPS : Portrait de ma fille.
1905 Salon de l'UFPS : Intérieur.
1906 Salon de l'UFPS : Portrait.

______________________

Des renseignements complémentaires concernant Marie Adrien Lavieille peuvent être trouvés dans le livre concernant sa fille, Andrée Lavieille, paru en mars 2007 :
Dans le sillage des impressionistes, Andrée Lavieille (1887-1960)
Éditions Atlantica
par Françoise Cambon et Henri Cambon

et dans celui concernant Adrien Lavieille, paru en septembre 2008 :
Adrien Lavieille (1848-1920), peintre de la campagne
Éditions Atlantica
par Françoise Cambon et Henri Cambon
_____________________